Repenser la concertation, le débat public et l’e-démocratie.

Mis en place pour favoriser la participation et l’implication du public dans les processus de décision, les dispositifs de concertation formalisés (L. 300-2,  concertations recommandées par la Commission nationale du débat public – Cndp – ou les débats publics)  sont marqués par une forme de désintéressement, notamment au regard de la rigidité des processus.

Internet et les réseaux sociaux, plus particulièrement, ont fortement modifié  les attentes du public et radicalement transformé les relations entre les parties prenantes. La simplification de l’accès à l’information et l’hyper médiatisation sociale contribuent à accélérer l’obsolescence des formats traditionnels de la concertation publique.

Les réseaux sociaux permettent ainsi de s’exprimer librement sur un sujet, de s’en emparer et de créer un auditoire ou lectorat plus ou moins important. Face à la puissance des réseaux sociaux et de leur capacité à démultiplier l’expression, il semble nécessaire de modifier l’approche up-down de la participation du public et de développer des démarches associant les parties prenantes de plus en plus tôt dans l’élaboration des politiques publiques : c’est ce que l’on nomme la «co-élaboration ».

Issue d’un double phénomène, la co-élaboration tient ses origines de la volonté des individus d’influer directement sur la décision mais également de la capacité des institutions à intégrer des acteurs externes dans les processus de décision.
On parle ainsi aujourd’hui « d’empowerment digital » pour designer l’implication des citoyens directe des citoyens via le numérique et de « l’e-démocratie », pour recenser les moyens  participatifs mis à disposition de la puissance publique.

Ces deux concepts se traduisent par des outils numériques très concrets, utilisés quotidiennement par une nouvelle génération d’individus baignés dans une culture du partage et de l’échange résumée sous la terminologie de la co-génération, la « génération du co ».

Sennse poursuit ici son travail d’agence de communication en vulgarisant, synthétisant et illustrant des notions complexes, conceptuelles voire expérimentales liées à la participation et au dialogue citoyen.